WhatsApp et Facebook doivent cesser l’échange de données.

WhatsApp et Facebook sont étroitement liés. Tous deux partagent les données des utilisateurs pour améliorer les deux plates-formes, mais ils doivent cesser.

L’autorité française de protection des données oblige WhatsApp et Facebook à cesser de partager les données des utilisateurs entre eux.

Que WhatsApp partage les données avec Facebook que nous connaissons tous, ce que nous ne savons pas vraiment, c’est ce qui se déplace entre les deux plateformes. La connexion entre tous les produits Facebook vise à améliorer la sécurité et l’expérience d’utilisation commune. Elle est spécifiée dans les termes de service de WhatsApp: bien que les messages et informations privés ne soient pas partagés, les données d’utilisation sont déplacées. Extrait des contrats de service WhatsApp:

“En tant que membre de la famille d’entreprises Facebook, WhatsApp reçoit des informations de cette famille d’entreprises et partage des informations avec elles “…” Facebook peut également utiliser nos informations pour améliorer vos expériences avec ses services, ainsi que des suggestions (par exemple, de la part d’amis ou de connexions, ou du contenu intéressant), des annonces publicitaires et des offres pertinentes.”

Tous les utilisateurs de WhatsApp acceptent cet accord avec le téléchargement de l’application. De même, lorsque nous nous inscrivons sur notre propre Facebook ou utilisons des services tels que Messenger ou Instagram: sous l’égide de l’entreprise, nos données d’utilisation sont échangées pour améliorer la publicité que nous recevons. Trop opaque, comme l’ a souligné la CNIL.

La France exigera que WhatsApp cesse de partager des données avec Facebook.

Ce n’est pas le premier pays européen à entrer en controverse avec le réseau social et l’application de messagerie, car l’Allemagne et le Royaume-Uni ont également leurs propres litiges, en plus de l’Union européenne, qui a déjà condamné Facebook à payer une amende pour le mouvement des données. La CNIL, autorité française dédiée à la protection des données des utilisateurs, a déclaré après étude que les motivations de Facebook ne peuvent pas être autorisées.

WhatsApp et Facebook partagent les données des utilisateurs, toujours dans le respect des conditions de service, à trois fins: améliorer la publicité, la sécurité et la “business intelligence”. Les concepts de la troisième prémisse sont inacceptables, selon la CNIL française:

“Le transfert de données de WhatsApp à Facebook à des fins de “business intelligence” n’est pas conforme aux bases légales établies par la loi sur la protection des données.”

L’autorité française a fixé un délai d’un mois pour que Facebook collabore avec la CNIL en l’informant des données qui circulent entre ses services de communication. C’est un appel à la transparence et à l’arrêt du transfert des données d’utilisation: Facebook se verrait infliger une sanction sévère en France pour non-respect de cette exigence.

WhatsApp et Facebook prétendent que leur juridiction est américaine.

La CNIL a contacté les entreprises avant d’émettre le réveil. Comme indiqué dans les conditions d’utilisation de WhatsApp, les utilisateurs sont régis par le droit du pays d’application, les États-Unis; par conséquent, Facebook allègue cette condition afin de ne pas se conformer à la demande des autorités.

Les utilisateurs dans un pays autre que le pays d’application devraient-ils être régis par des lois qui ne sont pas les nôtres? Le bon sens dicte non, ce que les autorités feront respecter. Ou essayez: Facebook fait face à une dure bataille juridique en Europe pour les abus de WhatsApp.

Vous voulez en savoir plus? Entrez Nouvelles.

Apprenez des meilleurs HACKERS tous les trucs pour pirater les comptes Facebook, Whatsapp, Instagram.

WhatsApp et Facebook doivent cesser l’échange de données.
Notez cet article.

Laissez un commentaire.